Les Jeux olympiques de 2010 remportent la médaille de bronze pour leurs actions en faveur du climat | Médias

VANCOUVER — Les organisateurs des Jeux olympiques de 2010 à Vancouver montent sur le podium et remportent la médaille de bronze pour leurs efforts en vue de limiter les incidences environnementales des Jeux, selon la feuille de pointage climatique publiée aujourd'hui par la Fondation David Suzuki. Parmi les accomplissements des organisateurs des Jeux olympiques de 2010, on compte la construction de lieux de rencontres écoénergétiques, l'utilisation de sources d'énergie non polluantes, l'adoption de moyens de transport en commun pendant la durée des Jeux et la compensation d'une partie des émissions de gaz à effet de serre.

«Les changements climatiques sont un problème contemporain important, et les Jeux olympiques nous donnent l'occasion de montrer l'exemple en touchant et en inspirant des millions de participants et de spectateurs avec des solutions au problème du réchauffement planétaire», explique Paul Lingl de la Fondation David Suzuki. «Malgré quelques occasions manquées, les mesures positives prises par les organisateurs des Jeux olympiques 2010 montrent que les solutions climatiques sont possibles, abordables et peuvent avoir des répercutions durables.»

La feuille de pointage climatique de la Fondation souligne les réussites et fait également ressortir certains domaines où les organisateurs des Jeux olympiques 2010 n'ont pas atteint leurs objectifs. «Les Jeux olympiques de Vancouver laisseront peu d'améliorations à long terme en matière de système de transport durable à la région», dit M. Lingl. «De plus, à ce jour, les organisateurs des Jeux olympiques de 2010 n'ont pas saisi les occasions qui se sont présentées à eux pour présenter leurs initiatives en matière climatique aux Canadiens et au reste du monde.»

Les athlètes canadiens des jeux d'hiver s'accordent à dire qu'il est important de faire passer un message fort sur la nécessité de prendre des mesures en faveur du climat. «En tant qu'olympienne des jeux d'hiver, je constate de visu le réchauffement climatique : les glaciers fondent, la tendance des chutes de neige change et les pistes à faible altitude ferment faute de neige», explique Kelly VanderBeek, membre de l'équipe canadienne de ski alpin. «Les sports d'hiver sont menacés par le réchauffement climatique et les athlètes de l'équipe olympique canadienne prennent les devants pour demander que des mesures soient prises.»

«Les Jeux olympiques d'hiver dépendent de la neige et de la glace, et leurs organisateurs doivent prendre leurs responsabilités pour protéger l'hiver», ajoute Ingrid Liepa, ancienne patineuse de vitesse olympienne. «Il est encourageant de voir que les organisateurs des Jeux olympiques de Vancouver font leur part, et j'espère que les Jeux olympiques futurs placeront la barre encore plus haut afin d'assurer l'avenir de nos sports d'hiver et de notre planète.»

Mesdames VanderBeek et Liepa sont membres du programme En équipe pour le climat, une initiative conjointe de Le Projet Climatique Canada et de la Fondation David Suzuki. Ces athlètes prennent des mesures dans leurs propres vies pour réduire leur empreinte carbone. Plus de 70 athlètes canadiens ont écrit en 2009 aux organisateurs des Jeux olympiques de Vancouver pour leur demander d'aborder la question de l'incidence des Jeux sur le climat.

«Le sort des sports d'hiver et la pérennité des Jeux olympiques d'hiver dépendent des choix que nous faisons aujourd'hui pour répondre aux changements climatiques», ajoute David Suzuki. «Les efforts des athlètes olympiques canadiens m'inspirent vraiment et j'encourage le gouvernement fédéral ainsi que tous les Canadiens à suivre leur exemple et à prendre part aux solutions du réchauffement planétaire.»

Pour des renseignements complémentaires :

Pour obtenir une copie de la Feuille de pointage des Jeux olympiques de 2010 à Vancouver de la Fondation David Suzuki, cliquez ici.

Catherine Orer, spécialiste des communications,
Fondation David Suzuki
514-679-0821

catherine.orer@davidsuzuki.org

3 février 2010