Projet d'Enbridge : Les deux tiers des Québécois demandent qu'une évaluation environnementale indépendante soit faite | Médias

Montréal, 14 juin 2013 — Selon un sondage SOM commandé par Équiterre, les deux tiers (64%) des Québécois sont en faveur d'une évaluation environnementale indépendante commandée par le gouvernement du Québec afin de mettre en lumière les risques associés à l'arrivée des sables bitumineux au Québec.

Les résultats du sondage nous informent aussi que plus de la moitié des Québécois (56%) sont d'accord avec l'affirmation selon laquelle la production de pétrole issu des sables bitumineux cause un désastre écologique et que la moitié (52%) doute que l'industrie pétrolière fasse tout en son pouvoir pour réduire les risques environnementaux autour de ses pipelines. En effet, les sables bitumineux constituent l'une des industries les plus polluantes sur la planète. Leur production contribue aux changements climatiques et détruit des centaines de km2 de territoire en Alberta. Les réponses du sondage ont été recueillies entre le 24 et le 30 mai 2013 auprès de 1008 adultes québécois par panel web.

On observe ainsi une certaine incompréhension des enjeux liés à l'arrivée des sables bitumineux au Québec. Ainsi, un Québécois sur quatre (24%) est d'accord avec l'affirmation selon laquelle le prix de l'essence baissera avec l'arrivée des sables bitumineux et un Québécois sur cinq (19%) a préféré ne pas se prononcer. Pourtant, la majorité des experts doutent que le prix à la pompe sera réduit pour les consommateurs.

Quant à la question des emplois, les opinions sont très partagées. Si 45% des participants croient que l'arrivée des sables bitumineux entraînera de nouveaux emplois au Québec, 40% croit le contraire.

Les proportions élevées de répondants qui ne se prononcent pas (9 à 19 %) sur les questions posées nous démontrent également que les Québécois ont besoin de plus d'information sur les sujets abordés dans le sondage. C'est pourquoi Équiterre, le Fonds mondial pour la nature (WWF), ENvironnement JEUnesse, Sierra Club of Canada — chapitre Québec, la Fondation David Suzuki, l'Association québécoise de lutte contre la pollution atmosphérique (AQLPA) et le Regroupement national des conseils régionaux de l'environnement (RNCREQ) demandent au gouvernement du Québec de faire la lumière sur les risques au Québec de cette industrie en menant une évaluation environnementale indépendante et une consultation publique élargie.

Pour lire l'intégralité des résultats du sondage : http://www.equiterre.org/sites/fichiers/r13234v2p1equiterrehydrocarbures_0.pdf

— 30 —

Pour information :
Krystel Papineau,
Equiterrre 514-605-2000

20 juin 2013