Le caribou forestier est en péril, selon un récent rapport | Médias

Ottawa — Dans cette première évaluation de la performance des provinces et territoires canadiens quant à la mise en œuvre des mesures du Programme fédéral de rétablissement du caribou forestier, la Société pour la nature et les parcs du Canada (SNAP) et la Fondation David Suzuki (FDS) constatent que la majorité des provinces et des territoires accusent un énorme retard.

« Six des neuf provinces et territoires où vivent les caribous forestiers obtiennent une piètre note pour leurs efforts de protection au cours de la dernière année. Soulignons comme une lueur d'espoir les notes « moyennes » obtenues par le Manitoba, la Saskatchewan et les Territoires du Nord-Ouest pour avoir déployé des efforts en vue de la protection du caribou forestier », affirme Éric Hebert-Daly, directeur exécutif national de la SNAP.

Le caribou forestier du Canada appartient à la même famille que le « renne » domestique des pays nordiques. Cela dit, on estime que plus de la moitié des populations de caribou forestier du Canada sont en danger.

« La situation est somme toute très préoccupante. Bien que le programme fédéral de rétablissement du caribou fournisse aux provinces et territoires les renseignements scientifiques pour établir des plans de rétablissement, cela ne se traduit pas par la mise en œuvre de mesures de protection concrètes dans les provinces. Pour empirer les choses, plusieurs provinces donnent leur accord à des projets industriels qui perturbent les régions encore intactes des forêts boréales, l'habitat dont dépend la survie du caribou. La survie des caribous est menacée », soutient Rachel Plotkin, coordonnatrice des projets scientifiques (Ontario) auprès de la Fondation David Suzuki.

Ainsi, le Yukon, la Colombie-Britannique, l'Alberta, l'Ontario, le Québec et Terre-Neuve-et-Labrador font piètre figure, n'ayant guère contribué à améliorer concrètement le sort des caribous au cours de la dernière année.

« Les caribous forestiers sont menacés et nous implorons les provinces et les territoires de redoubler d'efforts l'année prochaine pour les protéger. Si des actions ne sont pas entreprises rapidement, le projet de sauver le caribou forestier et son habitat est voué à l'échec », avance M. Hebert-Daly.

Le plus grand danger qui menace la survie du caribou est la fragmentation de son habitat, qui favorise l'incursion de nouveaux prédateurs. Selon les scientifiques, la présence du caribou est un baromètre de la santé de la forêt boréale, laquelle filtre l'air et l'eau, emmagasine de vastes quantités de carbone dans le sol et régule ainsi les changements climatiques.

La SNAP et la FDS ont mené une étude exhaustive auprès des gouvernements provinciaux et territoriaux. Elles ont également participé activement aux efforts de protection du caribou à travers le Canada. Forts de cette expérience, elles ont rédigé un rapport intitulé Populations menacées : comment le caribou s'en sort-il?

Outre le manque de concertation entre des divers gouvernements dans l'élaboration des plans de conservation, le rétablissement de l'espèce est entravé par l'absence, à plusieurs endroits, de législation provinciale autonome sur les espèces en péril et par le refus, dans la plupart des cas, d'envisager les effets cumulatifs des projets de développement urbain et d'infrastructure (par ex. : routes et lignes électriques) sur la santé des forêts boréales et des terres marécageuses, indispensables à la survie des caribous.

« Nous recommandons au gouvernement fédéral de soutenir les provinces et les territoires pour développer des mesures efficaces de protection du caribou forestier. Ces mesures doivent tirer profit des connaissances scientifiques actuelles et des connaissances autochtones obtenues par les études exécutées sur commande du gouvernement fédéral, visant l'élaboration d'une stratégie nationale de rétablissement du caribou », précise Mme Plotkin.

30

Pour obtenir le résumé directif et le rapport complet, incluant les notes de chaque province et territoire, consultez le site www.snapcanada.org.

Pour une entrevue, veuillez communiquer avec :

Éric Hebert-Daly, SNAC, eric@cpaws.org, (613) 899-7226

Rachel Plotkin, Fondation David Suzuki, rplotkin@davidsuzuki.org, (416) 799-8435

17 décembre 2013