ILE D'ANTICOSTI: QUÉBEC FAIT FAUSSE ROUTE | Médias

Montréal — Équiterre, la Fondation David Suzuki et le Regroupement national des Conseil régionaux de l'environnement (RNCREQ) estiment que le gouvernement du Québec fait fausse route en allant de l'avant dès maintenant avec l'exploration pétrolière sur l'Ile d'Anticosti.

« Cette décision va nuire, sinon sérieusement compromettre la capacité de la province d'atteindre les objectifs de réduction de GES qu'elle s'est fixée pour 2020. Le gouvernement a deux vitesses dans le dossier des hydrocarbures : vite pour l'exploitation et lent pour la réduction des GES » a déclaré Steven Guilbeault, Directeur principal d'Équiterre.

Il y a une contradiction évidente entre l'action du gouvernement dans ce dossier en rapport avec celui du gaz de schiste. « Dans le dossier du gaz de schiste, le Parti Québécois a promis un moratoire, on a eu une évaluation environnementale stratégique et on aura un BAPE alors que là, on se lance dans l'exploration sans aucune évaluation des bénéfices économiques, des risques pour l'environnement, pour la santé et pour le climat », a souligné Philippe Bourke, Directeur général du RNCREQ.

Pour Karel Mayrand, Directeur général pour le Québec de la Fondation David Suzuki : « le gouvernement du Québec prend un risque financier important que le secteur privé n'a pas voulu assumer et sans aucune garantie de résultat. En devenant promoteur à Anticosti, Québec se place en conflit d'intérêt lorsque viendra le temps de recevoir et d'appliquer les recommandations du BAPE ».

Pour les organisations, la participation du gouvernement du Québec est une épée à double tranchant ; investir dans cette aventure rend l'état québécois moins enclins à réduire sa consommation de pétrole. D'ailleurs, ces dernières s'attendent à ce que le gouvernement, plutôt que de mettre tant d'efforts dans la promotion et la recherche de la production de pétrole, mobilise ses énergies et ses ressources pour évaluer et mettre en œuvre des scénarios visant la nécessaire transition vers une économie à faible émission de carbone.

- 30 -

Pour renseignements :

Karel Mayrand
Fondation David Suzuki
Cellulaire : 514-998-5458

Julie Tremblay, relations médias, Équiterre
514-605-2000 / jtremblay@equiterre.org

Anne-Marie Gagnon
Regroupement national des Conseil régionaux de l'environnement (RNCREQ)
Cellulaire : 514-651-8236

13 février 2014