Communiqué de presse
Pour diffusion immédiate

La pression augmente pour que la Caisse de dépôt et placement du Québec désinvestisse des combustibles fossiles

Montréal - Forts de l'appui de 75 000 Québécois(es) qui ont déjà demandé à la Caisse de dépôt et placement du Québec (CDPQ) de sortir l'argent de leurs épargnes du secteur des énergies fossiles, l'organisme Recycle ta Caisse et la Fondation David Suzuki ont lancé aujourd'hui une nouvelle plateforme pour encourager la CDPQ à appuyer la mise en œuvre de l'Accord de Paris en désinvestissant le secteur des combustibles fossiles le plus rapidement possible.

Le site Web Sortons la Caisse du carbone( http://sortonslacaisseducarbone.org/ ) lancé alors que se tient la COP-22 sur le climat à Marrakech, invite tous les citoyen(ne)s du Québec à envoyer une lettre au président de la CDPQ, Monsieur Michael Sabia, pour lui demander de suivre l'exemple de plus de 600 institutions financières, dont le fonds souverain de la Norvège et les fonds de pension de la Californie, et de désinvestir du secteur des énergies fossiles.

« La science du climat est claire : la vaste majorité des réserves d'hydrocarbures dans le monde doivent demeurer dans le sol. En demeurant investie dans ces secteurs, la CDPQ mise contre la réussite de l'Accord de Paris, qui est vitale pour notre avenir. C'est une position intenable au plan éthique », a affirmé Karel Mayrand, directeur pour le Québec de la Fondation David Suzuki.

Dans un texte d'opinion publié récemment, les porte-parole des deux organisations derrière cette nouvelle pétition soulignent le risque financier accru que représente le maintien de ces investissements pour l'ensemble des épargnants.

« Pourquoi la Caisse devrait-elle rendre nos épargnes non seulement inacceptables sur le plan de l'éthique, mais en même temps dépendantes d'une bulle de carbone qui pourrait exploser à n'importe quel moment ? Au lieu d'être le cancre qui fait des affaires louches, on pourrait être le bon élève qui fait des affaires propres et prospères », a affirmé Sébastien Collard, membre fondateur et porte-parole de l'organisme Recycle ta Caisse.

Dans son portefeuille d'actions, la Caisse détenait à la fin de la dernière année financière des actifs fossiles évalués à 8,4 G$. Rappelons que si la Caisse avait choisi de sortir des énergies fossiles en 2012, elle aurait pu générer dans les trois années suivantes un rendement additionnel de 7,1 G$ sur les marchés boursiers, selon le groupe de recherche Corporate Knights.

- 30 -

Pour plus d'information :
Diego Creimer, Communications, Fondation David Suzuki 514-999-6743 dcreimer@davidsuzuki.org

17 novembre 2016