La campagne citoyenne veut obtenir la reconnaissance par le fédéral du droit à un environnement sain

Montréal - David Suzuki annonce aujourd'hui la deuxième étape du mouvement Bleu Terre, une campagne citoyenne qui se déroulera à l'échelle nationale afin d'obtenir l'inclusion des droits environnementaux dans la Charte canadienne des droits et libertés.

«Il aura fallu moins de deux ans pour que plus de 100 000 citoyennes et citoyens du Canada joignent les rangs du mouvement Bleu Terre en faveur des droits environnementaux, et que 145 villes canadiennes reconnaissent ces droits dans leur municipalité, a déclaré David Suzuki. Maintenant que nous représentons une masse critique, nous pouvons entreprendre la prochaine étape de cette campagne : une charte fédérale des droits environnementaux.»

David Suzuki et un groupe d'experts tiendront une assemblée publique à laquelle la population est invitée à participer — en personne ou en ligne — pour discuter de cette nouvelle étape de la campagne dont l'objectif est que soit reconnu légalement le droit de chaque Canadienne et Canadien à l'air pur, l'eau potable, des aliments sains et un climat stable. Cette étape est très importante dans la démarche devant mener à l'objectif ultime de l'inscription des droits environnementaux dans la Constitution du Canada, à l'instar des 110 pays dans le monde qui ont déjà reconnu ces droits dans leur loi suprême.

«La victoire électorale de Donald Trump souligne de manière criante l'importance d'une approche fondée sur les droits en matière de protection de l'environnement, souligne David Suzuki. Elle nous rappelle que les enjeux importants comme le sont l'air pur et l'eau potable ne doivent pas être laissés à la merci des cycles politiques.»

À David Suzuki se joindront Karine Peloffy, directrice générale du Centre québécois de droit de l'environnement, Ellen Gabriel, militante pour les droits des autochtones, et Dr François Reeves, cardiologue et auteur de Planète cœur. Les invités discuteront de l'avenir des droits environnementaux au Canada, du point de vue juridique, des droits des autochtones et de la santé publique.

« L'immense majorité des citoyens du Canada croit que la nature est essentielle à notre survie, et 85 % de la population appuie l'inclusion de notre droit à un environnement sain dans la Charte canadienne des droits et libertés, rappelle David Suzuki. L'idée a fait son chemin, et le temps est venu aujourd'hui pour chaque échelon de gouvernement de protéger le droit de ses citoyens de vivre dans un environnement sain. »

- 30 -

Pour plus d'information :
Diego Creimer, Fondation David Suzuki 514-999-6743 dcreimer@davidsuzuki.org

16 novembre 2016