Pétrole dans le golfe du Saint-Laurent : le mythe norvégien | Médias

Le Soleil
En réaction au texte « Penser comme les Norvégiens » de Françoise Bertrand

Dans une récente lettre ouverte au journal Le Soleil, la présidente-directrice-générale de la Fédération des chambres de commerce du Québec (FCCQ), Mme Françoise Bertrand, incitait les Québécois à s'inspirer de la Norvège et à ouvrir toute grande la porte à l'industrie pétrolière dans le golfe du Saint-Laurent. Mais dans son optimisme, Mme Bertrand oublie de mentionner un aspect fondamental : le golfe du Saint-Laurent est un milieu unique où les conditions climatiques et océanographiques sont complètement différentes de ce qui prévaut en Norvège, multipliant ainsi les risques reliés à l'exploration pétrolière.

Le golfe du Saint-Laurent est une petite mer intérieure, sept fois plus petite que le golfe du Mexique, ne communiquant avec l'Atlantique que par deux petites ouvertures, les détroits de Cabot et de Belle-Isle qui totalisent à peine 6 % de la circonférence du golfe. Les courants antihoraires complexe du golfe du Saint-Laurent feraient en sorte d'y maintenir longtemps captif tout déversement qui pourrait survenir. De plus, les eaux du golfe sont généralement recouvertes de glace en hiver, ce qui compliquerait sérieusement les opérations en cas de marée noire.

À l'inverse, la mer de Norvège et la partie nord de la mer du Nord, où se retrouve l'essentiel des opérations pétrolières norvégiennes, ne sont pas enclavées comme le golfe du Saint-Laurent et s'ouvrent directement et sans entraves sur l'Atlantique Nord. Le courant de Norvège permet en outre d'entraîner rapidement au loin tout déversement pétrolier. De plus, ce courant relativement chaud empêche en permanence la formation de glace dans les eaux norvégiennes.

Malgré l'image idyllique de la Norvège que l'on tente de nous projeter, le bilan environnemental est moins rose qu'on voudrait nous le faire croire. Des déversements majeurs s'y sont produits aux plateformes Statsfjord A (3 696 tonnes, 2007), Draugen (630 tonnes, 2003) ou Norne (286 tonnes, 2005). Rappelons qu'il a suffi de 200 tonnes de pétrole en provenance du Irving Whale pour souiller 80 km de plages des Îles de la Madeleine en 1970. Outre ces déversements accidentels, le Norwegian Petroleum Directorate nous apprend que les opérations en mer impliquent des rejets de routine d'environ 2 000 tonnes de pétrole par année.

Nous aimons nous répéter que « nous allons nous doter des meilleurs standards au monde », mais soyons réalistes : le Canada n'est absolument pas prêt à faire face à une marée noire dans le golfe du Saint-Laurent comme le soulignait le rapport du Commissaire à l'environnement et au développement durable Scott Vaughn. De plus, la limite de responsabilité financière des compagnies pétrolières au Canada n'est toujours que de $30 millions de dollars, un montant ridicule face aux $42 milliards qu'a coûté la catastrophe du golfe du Mexique. Nous sommes encore bien loin de la Norvège qui a enlevé tout plafond de responsabilité et institué le régime pollueur-payeur complet.

Le golfe du Saint-Laurent est un milieu fragile et complexe peu propice aux activités pétrolières et il ne peut pas se comparer aux mers entourant la Norvège. Des centaines de milliers de personnes tirent présentement leur gagne-pain de cet écosystème unique, au Québec et dans les quatre autres provinces atlantiques. Nous croyons qu'avant de permettre au Québec ou à Terre-Neuve d'exposer les communautés du golfe au risque de forages pétroliers, celles-ci doivent être consultées et fournir leur consentement informé. Les impacts environnementaux doivent aussi être documentés scientifiquement. En l'absence de ces éléments, nous croyons qu'il serait prématuré et imprudent d'ouvrir le golfe à l'exploitation pétrolière.

**Pour la Coalition Saint-Laurent,
Sylvain Archambault (SNAP Québec), Karel Mayrand (directeur général, Fondation David Suzuki), Danielle Giroux (présidente, Attention FragÎles), Christian Simard (directeur général, Nature Québec)**

25 août 2013

Ajoutez un commentaire

La Fondation David Suzuki n'endosse pas nécessairement les commentaires affichés par le public sur son site Web. La Fondation se réserve le droit de refuser la publication de commentaires qui pourraient être perçus comme offensant ou qui vont à l'encontre des principes directeurs qui régissent les organismes de bienfaisance. Veuillez noter que tous les commentaires sont relus avant d'être publiés.