Photo: À la rencontre de Cascades : quand nos rebuts deviennent des trésors

Par Marie-Ève Chapdelaine, Cascades

Il n'y a pas si longtemps, il était presque impossible d'acheter des produits fabriqués à partir de matière recyclée. Aujourd'hui, les entreprises ont la capacité de transformer nos rebuts en des produits que nous utilisons au quotidien.

Depuis que je travaille chez Cascades, on me pose des questions sur la récupération, le recyclage et sur l'entreprise. Afin de répondre à toutes vos questions et, je l'espère, vous inspirer un peu, je me suis entretenue avec Mario Plourde, président et chef de la direction de Cascades. Voici donc les points saillants de notre discussion fort intéressante.

Inscrivez-vous à notre bulletin

1. Comment Cascades a-t-elle été créée?

L'origine de Cascades remonte aux années 50 à Drummondville, au Centre-du-Québec. C'est à cette époque que s'installe la consommation de masse dans un contexte où peu de gens se préoccupent des répercussions sur l'environnement. Alors que les dépotoirs s'emplissent, Antonio Lemaire se préoccupe du gaspillage et songe à donner une deuxième vie à la matière. En 1957, la famille Lemaire fonde la Drummond Pulp & Fibre, une entreprise de récupération des déchets et de préparation de pâte recyclée. Après avoir constaté qu'on pouvait très bien se servir de vieux papiers pour en faire du nouveau, Antonio et ses trois fils, Bernard, Laurent et Alain, ont racheté un vieux moulin à papier abandonné à Kingsey Falls, à quelques kilomètres de Drummondville. Ainsi a été fondée Cascades, en 1964.

vieux_moulin_1.jpg

2. Pourquoi les produits en papier recyclés sont écoresponsables?

Les papiers et les cartons sont issus de la transformation de nos arbres. Ce procédé nécessite beaucoup d'étapes, de produits chimiques et de ressources, comme l'énergie et l'eau. Les analyses de cycle de vie produites démontrent clairement que recycler un produit dans le but d'en faire un autre diminue la pression sur les ressources. Nous aimons dire que notre forêt est urbaine : elle se retrouve dans le bac de récupération. Soucieuse de la saine gestion des ressources, Cascades a non seulement fait le choix du recyclé, mais a également travaillé à améliorer ses méthodes et ses procédés à travers le temps : nous utilisons aujourd'hui 2,7 fois moins d'énergie et 6,5 fois moins d'eau pour fabriquer nos produits que la moyenne de l'industrie papetière canadienne. Ce qui rend nos papiers et cartons définitivement les choix les plus écoresponsables.

3. Quels sont les principaux enjeux auxquels font face les manufacturiers de produits de fibres recyclées?

Nous sommes confrontés à deux enjeux de taille :
1) La disponibilité de la matière première. Nous avons longtemps été les seuls au Canada à fabriquer du papier et du carton à partir de 100 % de fibres recyclées, mais d'autres entreprises ont rejoint nos rangs, ce qui entraîne nécessairement une demande plus grande pour cette matière. Certaines catégories de papier sont également en décroissance, je pense ici aux papiers impression et écriture tels que le papier journal et le papier de bureau, ce qui affecte certaines de nos recettes, notamment celles des papiers tissu.
2) Il y a quelques années, nous évoquions largement la qualité de la matière première, mais cet enjeu s'est quelque peu estompé grâce aux équipements dont se sont dotés les centres de tri. L'enjeu de la qualité continuera d'être important; on se doit de travailler à la source pour permettre d'en récupérer plus.

4. Quel est le produit Cascades le plus populaire?

Cascades est connue du grand public pour ses produits tissu (papier hygiénique, essuie-tout, serviette de table). Nous sommes le 1er producteur au Canada et le 5e en Amérique du Nord. Ceci étant dit, notre offre globale est beaucoup plus large et comprend différents types d'emballages, allant des contenants alimentaires aux boîtes de carton, en passant par l'emballage industriel. Au Canada, nous sommes des leaders dans la plupart de ces marchés et nous occupons également une place de choix sur le marché américain. Notre expertise à plusieurs égards nous a poussé entre autres à offrir nos services en gestion de l'énergie, en ingénierie, ainsi qu'en recherche et développement à l'externe.

5. Est-ce que Cascades est une compagnie canadienne?

Oui. Cascades est une entreprise familiale devenue publique en 1983 et dont le siège social est situé à Kingsey Falls, au Québec. Nous comptons près de 11 000 employés, dont 63 % sont au Canada.

9955.jpg

6. Est-ce que Cascades s'approvisionne localement?

Pour s'assurer d'un approvisionnement stable en matière première et une proximité avec ses clients, notre entreprise s'est déployée un peu partout en Amérique du Nord. Lorsque c'est possible, nous aimons faire affaire avec des fournisseurs locaux. En réduisant les coûts de transport, on réduit également les émissions de GES qui y sont reliés.

7. Pourquoi Cascades est-elle reconnue comme une entreprise « verte » ou « écoresponsable »?

Les frères Lemaire ont été des précurseurs de la récupération et ils ont inculqué à l'entreprise cette profonde volonté de réduire l'utilisation des ressources. Et ils commencé à le faire à une époque où la conscience environnementale était presque inexistante. Depuis ce temps, ce leadership a été reconnu à plusieurs reprises : Cascades figure dans le palmarès des 50 meilleures entreprises citoyennes au Canada depuis 10 ans; nous sommes reconnus comme l'entreprise la plus responsable au Québec; mon prédécesseur, Alain Lemaire, a été élu ''The Greenest CEO of Canada'' et le ''PDG le plus vert au Québec'' en 2013. Des honneurs dont nous sommes très fiers. Cascades s'est même dotée d'une centrale solaire, une première pour une entreprise de notre secteur d'activité, afin de réduire sa consommation de gaz naturel. C'est avec beaucoup d'humilité que je reprends le flambeau pour poursuivre leur travail. Et je sais que je peux compter sur nos 11 000 employés engagés pour assurer la mise en place de projets qui ont des impacts sociaux et environnementaux positifs.

8. Qu'est-ce que les citoyens peuvent faire pour améliorer leur façon de récupérer et qui faciliterait par le fait même le travail de recycleurs de papiers post-consommation comme Cascades?

Les citoyens peuvent poser de gestes bien simples, par exemple, séparer les matières récupérées. Plusieurs emballages comprennent du papier et du plastique. Lorsqu'on les dépose dans le bac, il est préférable de les séparer, cela facilite le travail des employés des centres de tri. Le bac de récupération devrait comprendre uniquement les contenants, les emballages et les imprimés. Dans le doute, il est recommandé d'appeler votre municipalité, qui saura vous éclairer.

9. Quelle est la composition des produits de fibres recyclées de Cascades (pourcentage de fibres du pré et du post-consommation)?

Il y a une multitude de catégories de papiers et de cartons qui entrent dans la composition de nos produits. C'est comme en cuisine, chaque produit a sa recette : on ne fait pas des boîtes en carton comme on fait du papier hygiénique. Je n'aime pas la distinction que l'on fait du pré et du post-consommation. Pour moi, l'important, c'est de donner une deuxième vie aux fibres, peu importe leur provenance. Tant qu'on recyclera, on diminuera la pression sur les ressources naturelles.

Et vous, le recyclage fait-il partie de votre vie quotidienne?

Marie-Ève Chapdelaine, Cascades

15 juin 2017

Ajoutez un commentaire

La Fondation David Suzuki n'endosse pas nécessairement les commentaires affichés par le public sur son site Web. La Fondation se réserve le droit de refuser la publication de commentaires qui pourraient être perçus comme offensant ou qui vont à l'encontre des principes directeurs qui régissent les organismes de bienfaisance. Veuillez noter que tous les commentaires sont relus avant d'être publiés.

En savoir plus