JE CONDUIS UN 4X4 ET JE NE ME SENS PAS COUPABLE... | Mode de vie & compagnie | Fondation David Suzuki
Photo: JE CONDUIS UN 4X4 ET JE NE ME SENS PAS COUPABLE...

Crédit photo : David Nathan

Par Maxim Martin

Quand même assez baveux pour quelqu'un qui se considère hyper écolo et qui s'associe à la Fondation David Suzuki, je le réalise très bien. D'ailleurs je crois que le gros du problème relié à un style de vie écologique est justement cette même culpabilité. Les gens qui prennent la cause environnementale à cœur ont souvent tendance à se questionner constamment: "Est-ce que j'en fais assez? Est-ce que j'ai acheté le bon produit? Qu'est-ce que je peux modifier dans mon quotidien pour améliorer mon style de vie vert?", et lorsqu'on se surprend à s'enfarger, à succomber à un geste ou une consommation non écolo... tout de suite arrive la culpabilité.

Inscrivez-vous à notre bulletin

Arrêtez ça tout de suite!

À moins d'habiter sur une île déserte, de se nourrir avec ce qui pousse et grouille autour et de s'habiller avec de feuilles de palmier, c'est impossible d'être parfait. Ceux qui ont décidé de faire une différence et pas juste pour eux, mais aussi pour les générations futures, ont tendance à vouloir compenser pour ceux qui encore aujourd'hui ne sont même pas conscients du problème ou pire encore, s'en foutent complètement. Dites-vous que le simple fait que vous vous posez des questions est déjà génial.

Comme tout le monde, j'ai commencé il y a longtemps avec mon petit bac à recyclage, mais à force d'explorer les options et les solutions, aujourd'hui je composte, je fais attention à mes déplacements, je police le suremballage des produits que je consomme. J'essaye de consommer le plus de produits bios possible, je favorise les aliments qui viennent de la région avant d'être obligé d'acheter ceux qui viennent de loin.

Je me suis construit une maison dans Charlevoix qui est alimenté par une éolienne, des panneaux solaires et du propane. Donc oui ça fait bizarre que malgré tout ça, je conduise un de ces méchants 4×4. J'habite en campagne dans les Laurentides, ma petite maison dans Charlevoix est au bout d'un petit chemin perdu et les changements radicaux de la température font en sorte que je me sens plus en sécurité dans ce type de véhicule.

Mais avant de l'acheter, j'ai fait mes devoirs. J'ai étudié quel était le modèle qui consommait le moins- le mien est classé 2e, mais encore plus important, question de compenser pour émissions de gaz, j'ai décidé de rouler moins vite. Moi qui étais sur le "cruise" à 118, j'ai réduit ma vitesse à 100 km/h et me suis joint à la gang de la voie de droite sur l'autoroute. Je le répète, le but n'est pas d'être parfait, mais tout simplement de s'amuser et trouver du plaisir à faire une différence.

Et rassurez-vous, je suis confiant que notre enthousiasme va devenir contagieux et que ce n'est qu'une question de temps avant que ceux qui s'en foutent, deviennent une faible minorité de notre société...

11 juin 2013

Ajoutez un commentaire

La Fondation David Suzuki n'endosse pas nécessairement les commentaires affichés par le public sur son site Web. La Fondation se réserve le droit de refuser la publication de commentaires qui pourraient être perçus comme offensant ou qui vont à l'encontre des principes directeurs qui régissent les organismes de bienfaisance. Veuillez noter que tous les commentaires sont relus avant d'être publiés.

En savoir plus