Adieu à ces produits domestiques qui nous intoxiquent! | Mode de vie & compagnie | Fondation David Suzuki
Photo: Adieu à ces produits domestiques qui nous intoxiquent!

Notre chasse obsessive aux germes pourrait nous rendre malades. Nous appelons cela la folie antibactérienne, et nous sommes loins d'être les premiers à suggérer qu'il est grand temps que nous revenions à la raison.

Dans le livre Vilain petit canard — Ces produits domestiques qui nous intoxiquent, les auteurs Rick Smith et Bruce Lourie consacrent un chapitre entier à la « germophobie ». Rick a servi de cobaye en utilisant des produits contenant les produits antibactériens les plus communément retrouvés sur le marché, le triclosan et le Microban. Le plus inquiétant dans sa « liste de magasinage avec le triclosan », c'est qu'elle pourrait être celle de Monsieur et Madame Tout-le-monde!

Inscrivez-vous à notre bulletin

Deux jours après qu'il ait commencé à utiliser du dentifrice Colgate Total, à laver sa vaisselle avec du savon Dawn Ultra concentré et à se raser avec le gel Gillette, pour n'en nommer que quelques produits, son échantillon d'urine contenait la valeur inscrite de triclosan la plus élevée jamais mesurée dans la population américaine!

Ceci est un concours que personne ne veut gagner.

Le triclosan, un des agents antibactériens les plus communément retrouvés sur le marché, entre dans la composition d'une gamme étendue de produits d'entretien domestique — les sacs de poubelle, les jouets, les plans de travail, les mouchoirs de papier et certains cosmétiques. Il pénètre facilement l'épiderme et pourrait nuire aux fonctions hormonales, tandis que, dans l'environnement, il réagit en formant des dioxines qui se bioaccumulent et sont toxiques.

Environnement Canada a classé le triclosan dans la catégorie des substances toxiques pour les organismes aquatiques, et Santé Canada en limite la concentration à 0,03 pour cent dans les rince-bouches et à 3 pour cent dans les autres produits cosmétiques.

On s'inquiète de plus en plus du fait que l'utilisation de produits antibactériens puisse nuire à la santé. L'Association médicale canadienne a demandé que le gouvernement fédéral interdise tous les produits d'entretien ménager contenant des antibactériens, par crainte que ceux-ci ne favorisent l'apparition de bactéries antibiorésistantes. De fait, les résultats d'études ont prouvé que ces produits n'étaient pas plus efficaces que le savon normal pour combattre les germes, et favoriseraient même l'apparition de « superbactéries ». De plus, une étude suédoise démontré qu'un niveau élevé de ce bactéricide se retrouvait dans le lait maternel ainsi que dans les cours d'eau.

Empêchez la prolifération du triclosan dans votre organisme ainsi que dans la nature. Voici trois façons simples de procéder :

1— Lisez les étiquettes. Éliminez le triclosan (ainsi que les autres ingrédients appartenant aux « 12 POP ») de la liste des ingrédients retrouvés dans vos produits de soin personnels tels le désodorisant, l'antisudorifique, le dentifrice et les produits de nettoyage domestique.
2— Privilégiez les pains de savon. aux États-Unis, le triclosan se retrouve dans 76 pour cent des savons liquides, contre seulement 29 pour cent des pains de savon (American Journal of Infection Control, 2002).
3— Lavez-vous avec un savon à base de plante, non parfumé ou que vous avez fait vous-même.

Recette de savon à mains liquide
(Prêt en moins de 10 minutes)

Ajoutez ce mélange à votre distributeur de savon (même au savon moussant!) :

¾ tasse (187,5 ml) d'eau distillée ;
¼ tasse (62,5 ml) de savon de Castille liquide (en vente dans la plupart des magasins de produits de santé, non parfumé ou parfumé aux huiles essentielles) ;
Si vous le désirez, ajoutez ½ de cuillère à café (2,5 ml) d'huile de pépins de raisin.

Comment avez-vous réussi à bannir le triclosan de vos produits d'entretien ménager et de vos cosmétiques?

28 février 2013

Ajoutez un commentaire

La Fondation David Suzuki n'endosse pas nécessairement les commentaires affichés par le public sur son site Web. La Fondation se réserve le droit de refuser la publication de commentaires qui pourraient être perçus comme offensant ou qui vont à l'encontre des principes directeurs qui régissent les organismes de bienfaisance. Veuillez noter que tous les commentaires sont relus avant d'être publiés.

En savoir plus