Photo: Démaquillant zéro déchet au bleuet, fleur d'oranger et tournesol

Crédit photo : Les Trappeuses

Par Mariane Gaudreau, Les Trappeuses

Vous avez commencé votre ménage du printemps? Profitez-en pour faire le ménage de vos produits cosmétiques en remplaçant les produits toxiques par des produits naturels, zéro déchet et fait maison! Et s'il existe un produit cosmétique facile à fabriquer soi-même et zéro déchet*, c'est bien un démaquillant! D'autant plus que ce genre de produit du commerce est souvent assez dispendieux, sans compter que plusieurs marques conventionnelles sont fabriquées dans des usines qui n'ont pas de politique de développement durable et contiennent, dans la plupart des cas, des ingrédients jugés comme potentiellement toxiques pour la santé humaine et l'environnement par différents organismes (dont les parabènes et les PEG). Et s'il y a bien un endroit où l'on ne veut pas s'appliquer des ingrédients douteux, c'est bien dans les muqueuses des yeux, hum hum...

Inscrivez-vous à notre bulletin

Pour déloger le maquillage de notre peau et de nos cils, nous n'avons besoin de nulle autre que d'un corps gras (une huile végétale) et d'une phase aqueuse (eau florale ou hydrolat). Assez simple non? Cette petite combinaison simplissime produit un démaquillant biphasé (parce que l'huile et l'eau, ça ne se mélange pas, naturellement). Le gras de l'huile va déloger le maquillage et laisser un film protecteur sur votre peau, alors que l'hydrolat va l'hydrater et l'apaiser. Le cocktail parfait, quoi. Tchin tchin!

*Bonus : la majorité des huiles végétales mentionnées dans ce billet se trouvent en vrac dans différents commerces écologiques (à Montréal : LOCO, Vrac & bocaux, Noblessence). On peut aussi acheter nos hydrolats en vrac chez Noblessence (apportez un contenant propre et sec, ils le rempliront pour vous)!

Un démaquillant en deux temps, trois mouvements

Pour assurer la santé de votre peau et de vos yeux, le choix des ingrédients est très important.

Je vous conseille vivement de choisir votre huile végétale en fonction de votre type de peau, surtout si vous comptez vous démaquiller plus que les yeux avec votre produit. La dernière chose qu'on veut, c'est un break out de boutons suite à une recette maison! L'idéal est d'opter pour des huiles non comédogènes, soit qui sont cotées 0 à 2 sur 5 dans l'échelle de comédogénicité. L'huile d'argan et l'huile de tournesol sont classées 0 et conviennent donc à tous les types de peaux, surtout aux peaux mixtes et grasses, car elles ne bouchent pas les pores. Les populaires huiles d'amande douce, d'avocat, de pépin de raisin, d'olive et de jojoba sont aussi d'excellentes options (classées 2). Optez pour une huile de qualité, biologique de préférence, et pressée à froid pour vous assurer de bien tirer profit de leurs propriétés.

Côté hydrolat, c'est un peu le même principe, mais on va plutôt le choisir en fonction des propriétés médicinales de la plante duquel il est issu. On peut utiliser un seul hydrolat, ou faire une combinaison. Les principaux hydrolats accessibles sur le marché sont l'hydrolat de bleuet (non non, il ne s'agit pas de notre petit fruit national, mais bien d'une jolie fleur bleue), de rose, de lavande, d'hamamélis et de fleur d'oranger (néroli). Encore une fois, optez pour des hydrolats de qualité, de préférence biologique. N'allez pas mettre dans votre démaquillant de l'eau de rose et de la fleur d'oranger d'épicerie, là! Haha.

Si vous prévoyez utiliser votre démaquillant sur vos paupières, je vous suggère d'opter pour l'hydrolat de bleuet, le meilleur ami des yeux fatigués ou irrités. Si vous pensez aussi utiliser votre démaquillant sur votre visage, vous voudrez peut-être combiner votre hydrolat de bleuet à une deuxième eau florale. Par exemple, l'eau de rose est purifiante, lutte contre le vieillissement cutané et aide à calmer les irritations et les rougeurs, tout comme l'hydrolat d'hamamélis et de lavande. D'ailleurs, si vous avez une peau grasse ou acnéique, la lavande est une bonne option, car elle favorise la cicatrisation des tissus abîmés par les boutons. Si, au contraire vous avez la peau sèche, optez pour l'eau de fleur d'oranger. L'hamamélis, lui, convient aux peaux mixtes et grasses.

Nota : si vous êtes enceinte, nous vous conseillons de consulter un professionnel de la santé afin de confirmer les huiles essentielles qui sont sans danger ou qui pourraient demander une attention particulière.

Recette : démaquillant maison à l'hydrolat de bleuet, fleur d'oranger et à l'huile de tournesol biologiques

Ingrédients
- une part d'huile végétale (50%) — ici j'ai opté pour l'huile de tournesol biologique Champy produite en Montérégie
- une part d'hydrolat (50%) — ici j'ai choisi la combinaison bleuet-fleur d'oranger (moitié moitié), car je comptais l'utiliser pour mes yeux et mon visage (à tendance sèche)

Marche à suivre
Mettre tous les ingrédients dans une petite pompe en verre ou bouteille de type « squeeze » (format suggéré 100 ml) propre et sèche, idéalement préalablement stérilisée à l'alcool à friction. Voilà, c'est tout! Haha!

Utilisation
Bien agiter avant chaque utilisation pour mélanger l'huile et l'eau florale. Appliquer sur un tampon démaquillant humide pour un meilleur résultat. Pour être complètement Zéro Déchet, utilisez des tampons démaquillants lavables!

Conservation
Un démaquillant maison comme celui-ci se conserve environ un ou deux mois à l'abri de la lumière. Faites-en de petites quantités!

Sources : Aroma-Zone

Rédigé par Mariane Gaudreau, Les Trappeuses

Mariane.png

Je me passionne pour la nature et ses habitants depuis aussi longtemps que je puisse me souvenir, mais avec un intérêt grandissant pour les questions environnementales et éthiques depuis les dernières années. J'ai grandi dans un petit village en bordure du St-Laurent. J'y ai passé mes étés à courir sur les rochers qui parsemaient la grève, à observer la vie marine dans les creux de marée et à me saucer dans le fleuve. La nature a longtemps fait partie de mon quotidien et y a laissé son empreinte. Le bien-être de la faune (et des animaux d'élevage) me préoccupe de plus en plus et me pousse à adopter un mode de vie plus en accord avec mes valeurs : soit un mélange de pratiques Zéro Déchet et d'alimentation végéta*ienne.

14 avril 2017

Ajoutez un commentaire

La Fondation David Suzuki n'endosse pas nécessairement les commentaires affichés par le public sur son site Web. La Fondation se réserve le droit de refuser la publication de commentaires qui pourraient être perçus comme offensant ou qui vont à l'encontre des principes directeurs qui régissent les organismes de bienfaisance. Veuillez noter que tous les commentaires sont relus avant d'être publiés.

En savoir plus