Des vêtements qui font vraiment bien | Mode de vie & compagnie | Fondation David Suzuki
Photo: Des vêtements qui font vraiment bien

(Crédit : Jason Hargrove via Flickr)

Par Patricia Lachance

J'ai récemment visionné un reportage qui a changé ma perspective sur le monde de la mode : Du poison dans nos vêtements. Ce documentaire révélait notamment les dangers auxquels sont exposés de nombreux travailleurs du vêtement. Certains ouvriers textiles de pays en voie de développement sont souvent appelés à manipuler sans précautions des produits hautement toxiques, pour teindre ou altérer les tissus.

Non seulement bien des substances contenues dans ces produits sont désignées responsables de graves maladies, mais elles sont aussi déversées dans l'environnement. Les populations locales se retrouvent alors exposées à ces contaminants.

Et ces tissus, ce sont ceux-là mêmes qui sont achetés par la plupart des marques que nous connaissons bien. À la recherche du plus bas prix, les entreprises se ferment trop souvent les yeux sur les conditions de productions non règlementés de ces pays étrangers.

Inscrivez-vous à notre bulletin

Un peu comme lorsque la télé m'expose aux affres de la guerre, je ressens face à ces drames écologiques et humains un mélange d'indignation et d'impuissance. Pensons aussi à cette usine, qui s'est effondrée au Bangladesh en avril dernier , tuant des centaines d'ouvriers textiles. Le spectacle est désolant, mais il se passe dans un «ailleurs». Je l'impression de n'avoir aucun pouvoir de changer les choses. Et la publicité n'est pas à court de subterfuges pour m'aider à oublier cette sombre réalité.

Il est néanmoins possible de participer au changement. De petits gestes simples, comme acheter des vêtements de griffes écolos ou locales permet d'exprimer son désaccord face à des pratiques qui bafouent les droits de travailleurs et qui salissent l'environnement. Car si la demande de vêtements équitables et écologiques s'accroit, demain d'autres entreprises prendront ce virage. Certaines marques ont d'ailleurs déjà emboîté le pas. Elles optent pour des teintures végétales, moins toxiques, optent pour des tissus bio, dont la production exclue l'utilisation de pesticides, ou encore s'assurent que les ouvriers bénéficient de conditions de travail sécuritaires. Vancouver s'est aussi jointe au mouvement en inaugurant cette année sa première semaine de la mode écologique, l'Eco Fashion Week. Preuve qu'il est possible de faire de beaux vêtements autrement.

Découvrez quatre designers de mode québécois qui optent pour une approche écologique sur ellequebec.com.

20 septembre 2013

Ajoutez un commentaire

La Fondation David Suzuki n'endosse pas nécessairement les commentaires affichés par le public sur son site Web. La Fondation se réserve le droit de refuser la publication de commentaires qui pourraient être perçus comme offensant ou qui vont à l'encontre des principes directeurs qui régissent les organismes de bienfaisance. Veuillez noter que tous les commentaires sont relus avant d'être publiés.

En savoir plus