Jolie et avertie | Mode de vie & compagnie | Fondation David Suzuki
Photo: Jolie et avertie

(Crédit : Zorro The CAT via Flickr)

Par Patricia Lachance

Vous participez à la collecte sélective, utilisez des produits ménagers biodégradables et ne sortez jamais de la maison sans un sac à provisions. Au bout du compte, c'est assez simple d'être écolo! Mais votre routine beauté l'est-elle tout autant? Voici 5 autres petits gestes verts faciles à intégrer à sa toilette quotidienne.

1. Exit les lingettes jetables
L'utilisation de lingettes jetables génère annuellement des tonnes de déchets inutilement. Pour rafraîchir son visage ou chasser son maquillage, mieux vaut se tourner vers une éponge naturelle réutilisable ou un gant de toilette lavable en coton bio. Douces et antibactériennes, les débarbouillettes en fibre de bambou semblent à première vue une option intéressante, car la culture du bambou nécessite peu de pesticides, d'eau et a un faible impact sur l'érosion des sols. De plus, sa transformation mécanique en fait une des fibres textiles les plus écologiques qui soient. Mais ne vous méprenez pas avec la viscose ou la rayonne de bambou. Ces tissus sont les produits d'une transformation chimique, voire peu écologique, de la pulpe de bambou.

Inscrivez-vous à notre bulletin

2. Adieu tampons démaquillants
Le site web Consoglobe estime que les femmes utilisent en moyenne 6 cotons par jour pour se démaquiller. C'est plus de 2000 cotons par an! La solution antigaspillage: les disques lavables en coton bio ou en chanvre ouaté (comme ceux de l'entreprise locale Ökö Créations ) que l'on peut réutiliser ad vitam æternam — enfin presque. Il ne suffit que de les laver à la machine, avec sa brassée de serviettes hebdomadaire après utilisation. On peut s'en procurer dans les boutiques d'aliments naturels et parfois même chez son esthéticienne.

3. Mieux choisir ses cotons-tiges
Avouez qu'ils sont irremplaçables pour retoucher le maquillage! On peut néanmoins mieux les choisir. On privilégie ceux dont la tige est en carton ou en bois, qui sont biodégradables, à ceux dont la tige est en plastique. Et surtout, on évite de les jeter à la toilette afin qu'ils ne prennent pas la route de nos cours d'eau.

4. On évite le suremballage
Les compagnies cosmétiques misent amplement sur le « packaging » pour nous emballer. Si l'emballage peut parfois être requis pour le transport et la conservation du produit, il est fort souvent superflu. Pour éviter ce gaspillage, on choisit des produits à emballage réduit et on privilégie des petits pots dont le contenant est fait de matière renouvelable et recyclable comme l'aluminium et le verre, plutôt qu'en plastique.

5. Hourra pour les grands formats
Les produits d'hygiène grands formats ont de gros avantages. Sur le plan environnemental, leur contenant réduit de beaucoup l'utilisation de matières. En prime, on sauve des sous! Ce n'est pas la meilleure option pour faire l'essai d'un produit pour la première fois, mais elle est tout à fait indiquée pour se réapprovisionner de notre shampoing, nettoyant et crème pour le corps préférés.

Vous désirez connaitre d'autres petits gestes verts faciles à intégrer à votre toilette quotidienne, lisez mon billet sur ellequebec.com.

10 octobre 2013

Ajoutez un commentaire

La Fondation David Suzuki n'endosse pas nécessairement les commentaires affichés par le public sur son site Web. La Fondation se réserve le droit de refuser la publication de commentaires qui pourraient être perçus comme offensant ou qui vont à l'encontre des principes directeurs qui régissent les organismes de bienfaisance. Veuillez noter que tous les commentaires sont relus avant d'être publiés.

En savoir plus