Photo: Soins soleil : des produits naturels au secours de votre peau

(Crédit : Caroline Parent)

Par Les Trappeuses

Photo_Caroline_Trappeuses.png

Rédigé par Caroline Parent, Les Trappeuses

En premier lieu, je suis maman choyée et fabricante passionnée de cosmétiques naturels. Exploratrice invétérée à l'âme curieuse, je cherche constamment à sortir des sentiers battus, de ma zone de confort. C'est en expérimentant un mode de vie minimaliste que j'ai réduit significativement mes besoins superflus, ce qui m'a amené à consommer de façon plus responsable. Adepte du plein air, de la faune et des plantes médicinales, je considère primordial de faire découvrir ces grands plaisirs à mes enfants et crois fortement que c'est en les exposant à la nature sauvage qu'ils développeront un souci de l'environnement et trouveront du réconfort dans la simplicité.

L'été, notre peau est généralement mise à rude épreuve : soleil, eau salée, chlore de piscine... Ce sont tous des éléments susceptibles de perturber son équilibre, voire l'assécher. Bien que notre géante étoile de feu se fasse plutôt discrète cet été, ses effets à la suite d'une exposition trop longue peuvent tout de même laisser leurs traces sur notre peau.

Le soleil est vital pour notre organisme et même une courte exposition quotidienne d'une dizaine de minutes a des effets bénéfiques sur notre santé: augmentation de la synthèse de la vitamine D, amélioration de l'humeur en général... Le soleil peut même aider la peau aux prises avec des maladies tels l'eczéma, le psoriasis et l'acné, en améliorant son aspect. Cependant, si l'on prévoit une exposition supérieure, il est impératif de protéger notre peau à l'aide d'une protection appropriée.

Inscrivez-vous à notre bulletin

Protéger

Les protections solaires qu'on retrouve sur le marché se distinguent en deux catégories : l'écran chimique et l'écran physique (minéral). Les écrans chimiques agissent en absorbant les rayons UV, alors que les écrans physiques assurent la protection en formant une barrière sur la surface de la peau, afin de bloquer les rayons du soleil. Les filtres chimiques s'avèrent être polluants, car ils s'accumulent dans l'environnement et sont difficiles à éliminer. Ils peuvent d'autant plus provoquer chez certaines personnes des réactions allergiques.

Les filtres physiques, quant à eux, sont fabriqués principalement avec de l'oxyde de zinc, un minéral poudreux ajouté à une base crémeuse. Leur principal (et seul) inconvénient est qu'ils laissent souvent une légère teinte blanche sur la peau. Pour ma part, je m'en accommode assez bien.

On retrouve sur le marché plusieurs protections de type physique. Vous pouvez consulter cet article de blogue qui traite du sujet plus en profondeur :

Saviez-vous qu'il est vraiment facile de fabriquer sa propre protection solaire minérale? Voici trois recettes qui ont fait leurs preuves :

Apaiser

Nul besoin de prouver encore plus son efficacité, le gel d'aloès est sans contredit «le» produit miracle pour apaiser les brûlures de la peau. C'est l'ingrédient vedette de cette recette. D'ailleurs, il serait assez efficace à lui seul pour apaiser l'inflammation, cependant il est d'autant plus intéressant de l'enrichir avec une huile végétale ayant la capacité d'aider à reconstituer l'épiderme.

Gel apaisant post soleil

Rendement : 50 ml
Temps de conservation : environ 1 mois (au réfrigérateur)

Ingrédients
- 40 ml de gel d'aloès* (2 c. à s. + 2 c. à t.)
- 10 ml d'huile de calendula** (2 c. à t.)
- 10 gouttes d'huile essentielle de lavande aspic ( Lavandula spica )*** ou de camomille noble ( Chamaemelum nobile )

*Les gels d'aloès vendus sur le marché contiennent souvent des conservateurs (naturels ou moins naturels). Il est important de lire les ingrédients et d'éviter ceux avec un ou plusieurs de ces ingrédients.

**L'huile de calendula se trouve chez différents fournisseurs de matières premières (Coop Coco, Noblessence, Les Âmes Fleurs). Elle peut également être fabriquée à la maison en utilisant cette recette. Elle peut être remplacée par une autre huile adoucissante, comme l'huile d'amande douce ou l'huile d'olive.

***L'huile essentielle de lavande aspic est la plus efficace contre les brûlures et l'inflammation, cependant vous pouvez la remplacer par l'huile essentielle de lavande officinale ( Lavandula officinalis ), si c'est ce que vous avez sous la main.

Préparation 
Mélanger tous les ingrédients dans un bol étroit. Fouetter vigoureusement à l'aide d'un petit fouet en métal et mettre en pot. C'est tout!

Utilisation
Appliquer sur la peau rougie par le soleil. S'assurer d'avoir les mains propres et sèches avant de se servir dans le pot, afin d'éviter d'y introduire des agents pathogènes pouvant diminuer sa durée de vie.

Réparer, nourrir et hydrater

Pour nourrir, réparer et hydrater la peau et les cheveux en profondeur, rien n'égale le beurre de karité. Il se trouve facilement sur le marché et est probablement l'un des beurres végétaux le moins dispendieux. Idéalement, il faut se procurer un beurre brut et biologique afin de s'assurer qu'il soit de bonne qualité et issu d'un commerce équitable. Comme il est difficile à étendre lorsqu'il est pur, il faut le mélanger avec une huile végétale.

Baume hydratant et réparateur visage/corps/cheveux

Rendement : 100 ml
Temps de conservation : environ 1 an

Ingrédients
- 75 ml de beurre de karité (4 c. à s. + 2 c. à t.)
- 25 ml d'huile de carotte (1 c. à s. + 2 c. à t.)
- 30 gouttes d'huile essentielle de lavande officinale ( Lavandula officinalis )

*L'huile de carotte a des vertus antioxydantes, ce qui aide à prévenir contre le vieillissement cutané et elle a aussi la capacité de prolonger notre bronzage. Celle-ci est obtenue par macération de carottes dans une huile végétale. On peut la faire soi-même en utilisant le même procédé que pour l'huile de calendula (voir lien pour l'huile de calendula dans la recette plus haut), ou se la procurer chez certains marchands de produits écologiques et naturels (Avril, Coop Coco, Les Âmes fleurs, etc).

Préparation
Verser le beurre de karité et l'huile de carotte au fond d'un contenant en verre de type pot Mason. Remplir une casserole d'eau et faire chauffer à feu doux. Déposer le pot en verre dans la casserole, de sorte à faire fondre le beurre tranquillement en bain-marie, tout en s'assurant que l'eau ne s'y infiltre pas. Lorsque le mélange devient homogène, retirer du feu et ajouter l'huile essentielle de lavande. Remuer à l'aide d'un fouet et verser le mélange dans un contenant propre et sec de 100 ml. Noter qu'il faut essuyer le dessous du contenant en verre dans lequel auront fondu l'huile et le beurre, afin d'éviter que des gouttelettes d'eau ne tombent dans votre contenant au moment d'y verser la préparation.

Laisser durcir au réfrigérateur durant 3 heures avant utilisation. Le beurre de karité devient huileux au-delà de 34 degrés c. Dans ce cas, il suffit de le remettre au froid afin qu'il redevienne solide. Sa texture peu devenir légèrement granuleuse au fil du temps.

Utilisations
Visage et lèvres : appliquer une toute petite quantité après l'exposition au soleil. Éviter le contour des yeux, car le produit contient de l'huile essentielle. Le beurre de karité a un indice comédogène très bas, donc peut être employé comme soin du visage. Il faut éviter de le remplacer par du beurre de cacao, car ce dernier a un indice comédogène assez élevé (4) et n'est pas idéal dans les soins du visage.

Cheveux : appliquer une mini quantité sur les pointes de vos cheveux, une fois propres et encore humides. Il est aussi possible d'en appliquer une plus grande quantité sur toute la longueur, de le laisser reposer une nuit en enroulant ses cheveux dans une serviette et de les laver le lendemain.

Corps : appliquer le produit sur tout le corps après une exposition au soleil.

Bon été au soleil!

Sources : Les Trappeuses, Aroma zone, Les Âmes Fleurs

14 juillet 2017

Ajoutez un commentaire

La Fondation David Suzuki n'endosse pas nécessairement les commentaires affichés par le public sur son site Web. La Fondation se réserve le droit de refuser la publication de commentaires qui pourraient être perçus comme offensant ou qui vont à l'encontre des principes directeurs qui régissent les organismes de bienfaisance. Veuillez noter que tous les commentaires sont relus avant d'être publiés.

En savoir plus