Merci de ne pas déranger : Expulsion de pesticides en « cour »! | Printemps | Éco Solutions | 2014 | Publications | Fondation David Suzuki

Par Andrée-Lise Therrien

La Fondation David Suzuki et d'autres groupes à vocation environnementale ont récemment réussi à forcer le gouvernement fédéral à réexaminer publiquement des centaines de produits contenant des pesticides dangereux pour l'environnement et la santé humaine. Cette révision, qui résulte d'une poursuite déposée contre le ministère de la Santé, touchera l'approbation de quelques 383 pesticides contenant 23 ingrédients actifs, dont plusieurs sont associés au développement du cancer ainsi qu'à la contamination de l'eau. Certains pays ont déjà interdit ces pesticides sur leur territoire, car ils sont extrêmement toxiques et dégradent l'environnement. Alors pourquoi le Canada permetil encore leur utilisation?

Saviez-vous qu'en 2006, le gouvernement a modifié la Loi sur les pesticides pour y inclure un article rendant obligatoire l'examen public d'un pesticide dès qu'on en interdisait l'utilisation dans un pays de l'OCDE (Organisation de coopération et de développement économiques)? Or, même si des dizaines de produits permis ici étaient interdits en Europe ou au Japon, jamais le gouvernement fédéral n'avait procédé à un tel examen public.

Enfin, avec l'ouverture de ces examens spéciaux, les groupes à vocation environnementale ont remporté la première manche dans leurs efforts pour protéger l'environnement et la santé des Canadiens. Pour la première fois de l'histoire, il sera donc possible pour des chercheurs indépendants, experts, médecins et groupes de citoyens de se faire entendre sur l'impact de ces produits.

Espérons que le gouvernement prenne au sérieux dorénavant son devoir de protéger la santé et l'environnement des Canadiens contre l'exposition à des substances toxiques et nocives.