Célébrer la nature | 2011 | Rapports Annuels | Publications | Fondation David Suzuki

La superficie du parc national de la Rouge proposée a pratiquement le double de la superficie combinée de tous les parcs urbains de Vancouver et de Montréal.

Le Saint-Laurent a été au centre de nos efforts cette année. Notre bureau de Montréal a lancé la campagne « Le Saint-Laurent : Notre fleuve vivant » en se donnant pour objectif de mettre en place une gestion intégrée du bassin hydrographique et d'amener des millions de gens qui dépendent du Saint-Laurent pour leur approvisionnement en eau potable à renouer avec cette ressource naturelle emblématique. Au cours de la première année du projet, nous avons formé 30 ambassadeurs du Saint-Laurent pour qu'ils sensibilisent les riverains à l'importance du fleuve, et tenu une Journée d'action du Saint-Laurent pour inviter les Québécois à participer à des activités communautaires en son honneur.

Nos efforts ne se limitent pas à la zone fluviale. Le golfe du Saint-Laurent est menacé par l'exploitation pétrolière et gazière, et nous visons à assurer sa protection. Nous avons joué un rôle de pivot lors de la création de la Coalition Saint-Laurent, amalgame d'organisations environnementales et de communautés locales qui luttent pour un moratoire sur l'exploration et l'exploitation gazière et pétrolière dans le Golfe. La Coalition est désormais reconnue comme la source d'information la plus crédible et la plus fiable parmi les organismes environnementaux qui s'intéressent aux questions pétrolières et gazières dans la région.

En mai, David Suzuki et George Stromboulopoulos ont exploré les îles de la Madeleine et ont mobilisé les appuis à l'égard de la protection du golfe du Saint-Laurent.

Protéger la nature près de chez nous

Cette année, vous nous avez aidés à protéger les espaces naturels qui sont près du cœur et de la maison des gens d'ici. En signant des pétitions, en écrivant des lettres et en élevant la voix pour la défense des lieux que vous aimez, vous avez contribué à ce que les générations futures puissent explorer la nature dans leur cour.

Feu vert pour la Rouge

Des kayakistes admirent le paysage de ce qui deviendra, nous l'espérons, le premier parc national urbain au Canada.

Notre campagne en faveur de l'établissement d'un premier parc national urbain au Canada a été marquée par d'extraordinaires progrès cette année. Lors du discours du Trône de 2011, le gouvernement fédéral s'est engagé officiellement à créer le parc national de la Rouge (disponible en anglais seulement), qui deviendra l'un des plus vastes parcs urbains au monde. Il s'étendra du lac Ontario à la ceinture verte en bordure est de Toronto, et plus de 6 000 hectares de forêts, de champs, de terres humides et de cours d'eau seront ainsi protégés. Ce parc donnera aux résidents du Grand Toronto la possibilité d'explorer les merveilles de la nature, un besoin viscéral, sans avoir à quitter la ville.

Sauver le lac Fish

Grâce aux efforts de citoyens conscientisés et d'organismes environnementaux comme le nôtre, le gouvernement fédéral a rejeté un projet d'exploitation minière qui aurait détruit le lac Fish (disponible en anglais seulement) près du lac Williams dans la région intérieure de la Colombie-Britannique. Réputé pour sa faune, notamment les grizzlis et une espèce unique de truite arc-en-ciel, le lac Fish a été ciblé par la Taseko Mines Ltd, qui projetait d'endiguer ses tributaires et de le drainer pour y déposer ensuite des résidus miniers. La Fondation ainsi que d'autres opposants ont encouragé des milliers de citoyens à écrire au gouvernement en exigeant qu'il rejette ce plan. Leur opinion a été entendue et prise en considération.

Profil : Dr Faisal Moola

Directeur des sciences Toronto

Mes parents ont quitté l'Afrique du Sud pour le Canada en 1969. Ils étaient des dissidents politiques. Comme beaucoup de nouveaux immigrants, nous nous sommes d'abord installés dans la grande ville avant de déménager en banlieue. J'ai passé mes étés à me promener au hasard des champs, des fermes et des forêts à proximité de la maison, dans ce qui est devenu la ceinture verte qui borde Toronto. J'en ai tiré une leçon : la nature ne doit pas forcément être une destination. Elle peut être aussi proche que notre cour. Mais le coûteux et polluant étalement urbain et d'autres pratiques insoutenables menacent le meilleur du monde naturel, celui qui est tout près de la maison. À la Fondation, je dirige des chercheurs, des conseillers politiques et des chargés de campagne engagés à protéger la nature périurbaine au même titre que les forêts et les sites naturels partout au Canada.