Les Infrastructures vertes : un outil d'adaptation aux changements climatiques pour le Grand Montréal cover

Téléchargez le PDF

DSF_Les_infrastructures._vertes.pdf

Les infrastructures vertes (IV) représentent l'ensemble des systèmes naturels et semi-naturels, de l'arbre à la trame verte, qui rendent des services essentiels au bien-être des individus et des communautés : de la lutte aux îlots de chaleur en passant par le contrôle des eaux de ruissellement et l'amélioration de la qualité de l'air et de l'eau. Ces services sont multiples et impactent positivement la qualité de l'environnement, la santé publique, le potentiel d'activités récréo-touristiques et ont un rôle important à jouer dans la gestion socio-économique des régions urbaines. À l'échelle du Grand Montréal, les milieux naturels et semi-naturels, qui constituent le cœur du réseau d'IV, sont toutefois affectés par une multitude de facteurs de pression comme les espèces invasives, la pollution des milieux, les changements climatiques et l'étalement urbain.

Dans ce contexte actuel de pressions environnementales accrues, la Communauté métropolitaine de Montréal (CMM) dispose d'une fenêtre d'opportunité limitée pour protéger son réseau d'IV lui permettant de répondre aux besoins actuels et futurs des citoyens et de la biodiversité. Avec seulement 20% de couvert forestier et moins de 1% de milieux humides, l'arrangement spatial des milieux naturels restants dans la CMM est crucial pour assurer le maintien de la biodiversité et des services écosystémiques associés.

En ce sens, après avoir défini le concept d'IV et présenté des exemples de son utilisation à l'échelle locale et internationale, cette étude propose une stratégie pour mettre en place un réseau interconnecté d'IV pouvant améliorer la qualité de l'environnement et le bien-être humain à long terme à l'intérieur de la CMM.