Une voix pour la Terre, par Karel Mayrand cover

Téléchargez le PDF

À l'approche du second Sommet de Rio, nous vous proposons un livre écrit par Karel Mayrand, directeur général de la Fondation David Suzuki au Québec, qui fait la chronique des événements et des sujets marquants des deux dernières décennies à travers des rencontres avec des personnages qui les ont marqués. De Laure Waridel à David Suzuki en passant par Pierre Marc Johnson, Oscar Arias, Wangari Mathaï, Sheila Watt-Cloutier et Al Gore, l'auteur donne la parole à des visionnaires qui ont nourri son engagement et celui de millions de personnes à travers le monde.

Le livre aborde les transformations sociales, économiques, technologiques et écologiques qui nous ont marqués depuis le début des années 1990. Il pose une question fondamentale : devant l'effondrement des systèmes qui préservent la vie sur Terre, face aux abus du marché et à l'effritement de la démocratie, est-il nécessaire de s'engager pour donner une voix aux prochaines générations, une voix pour la Terre? Quelle forme doit prendre cet engagement?

« Quelque part au tournant des années 1990, le monde tel que nous le connaissions a basculé. La menace d'une destruction instantanée de notre planète a fait place à une préoccupation quant à la destruction graduelle de nos systèmes naturels. Cette fois il ne s'agit pas de redéfinir la relation entre deux superpuissances, mais de redéfinir notre relation avec notre écosystème. De redéfinir notre mode de développement économique et social.

Une révolution est en cours. Le manifeste en a été écrit à Rio. Et le monde dans lequel vivront nos enfants ne ressemblera en rien à celui dans lequel nous sommes nés. Pour le meilleur, si nous réussissons, ou pour le pire si nous échouons. J'ai fait le pari de m'engager dans cette révolution non seulement parce qu'elle est nécessaire, mais parce qu'elle est juste. »

Le livre Une voix pour la Terre, publié aux Éditions du Boréal, est disponible en librairies.

Crédit vidéo : Julien Pratte